Décrochage scolaire : de la prévention à la réintégration, des solutions existent !

Par : Nancy Therrien, collaboratrice
Le décrochage scolaire est une réalité préoccupante depuis de nombreuses années au Québec. Si la situation semblait s’améliorer au fil du temps, la pandémie de COVID-19 fait repartir tous les chiffres à la hausse. Au secondaire, c’est un tiers des élèves qui pourraient être en situation d’échec.
 

Les jeunes montréalais plus touchés que le reste de la province

Le décrochage scolaire touche plus sévèrement les élèves de Montréal que ceux du reste de la province. En 2018, le taux de dérochage à Montréal était de 16,3 % contre 13,6 % pour l’ensemble du Québec. Les mesures sanitaires de lutte contre la COVID-19 (fermetures d’écoles, cours en ligne…) pourraient aggraver la situation.

Face à la hausse du décrochage et de l’échec scolaire, de nombreux organismes continuent d’œuvrer pour soutenir les parents et ramener les élèves vers le chemin de l’école ou le marché de l’emploi.

Des organismes de prévention du décrochage scolaire

Des organismes accrédités par le programme d’action communautaire sur le terrain de l’éducation (PACTE) s’activent dans les communautés pour lutter contre le décrochage scolaire. Des personnes qualifiées, notamment en psychosociologie, soutiennent des élèves à risque de décrocher ou encore qui souhaitent raccrocher. Ces intervenants discutent avec les jeunes et tentent de proposer des pistes de solution adaptées à chacun. Ces organismes peuvent apporter une aide précieuse, que ce soit pour prévenir le décrochage scolaire ou réintégrer les élèves dans le système d’éducation.

Le Projet SEUR (Sensibilisation aux études, à l’université et à la recherche)

Mis sur pied par l’Université de Montréal, le Projet SEUR encourage la persévérance scolaire chez les élèves du secondaire et les étudiants du collégial en leur permettant d’explorer différentes perspectives d’études et de carrières.

Ce projet se divise en différents volets, dont le volet Persévérance scolaire, auquel collaborent plusieurs écoles du grand Montréal. Le volet Douance est quant à lui destiné aux élèves surdoués, qui ont statistiquement plus de chances de décrocher du parcours scolaire traditionnel. Ce volet s’adresse toutefois uniquement à des groupes scolaires ou associatifs. Il n’offre pas d’accompagnement ni de consultations individuelles.

Le Projet SEUR compte 15 écoles et 5 cégeps partenaires sur l’Île de Montréal : consulter la liste des écoles.

Des écoles pour raccrocheurs

Le décrochage n’est pas une fatalité! Après avoir décroché, des milliers de jeunes choisissent de retourner sur les bancs d’école. Plus matures, frappés par la réalité du marché du travail, ils comprennent mieux l’importance de terminer leurs études secondaires. Pour faciliter leur raccrochage, certains établissements leur font une place toute spéciale. Qu’il s’agisse de jeunes qui ont des problèmes de toxicomanie ou encore de très jeunes mères, tout le monde peut y trouver son compte.

Par exemple, le programme pédagogique Motivation jeunesse, en partenariat avec Motivation-Jeunesse 16/18, est offert aux jeunes de 16 à 18 ans qui souhaitent retourner aux études. Ils peuvent y suivre un enseignement du français, de l’anglais et des mathématiques ou encore effectuer des stages en milieu de travail.

Certains établissements, comme l’école secondaire Lucien-Pagé, proposent également un cheminement particulier de formation, qui permet aux élèves de consolider leurs acquis de base du primaire et du secondaire en répondant à leurs besoins spécifiques.

Les programmes d’emploi-jeunesse pour décrocheurs

La conciliation travail-études peut être une bonne alternative, que ce soit pour acquérir une expérience professionnelle dans le but d’intégrer le marché du travail ou, au contraire, pour retourner aux études. Certains organismes ont des ententes avec des entreprises de divers secteurs, dont celui des métiers de la construction et de l’alimentation.

Quelques organismes ont mis en place un service de remise en forme scolaire pour les jeunes de 16 à 35 ans qui envisagent une exploration scolaire et un retour à l’école. L’objectif est d’offrir un service adapté pour leur permettre d’améliorer leur motivation, leur persévérance et les amener vers de meilleures perspectives d’avenir et de succès. Un plan structuré d’intervention est élaboré selon la situation particulière des participants. Les activités sont offertes sous forme d’ateliers de groupe ou de façon individuelle.

Un service en persévérance scolaire existe aussi dans certains Carrefour Jeunesse-emploi afin d’encourager et de favoriser le maintien scolaire ou le retour aux études des jeunes. Le service s’adresse aux jeunes âgés de 15 à 19 ans qui sont à risque de décrocher et qui fréquentent une école secondaire ou un centre d’éducation des adultes, ainsi qu’aux jeunes qui ont quitté l’école il y a moins de 6 mois. Ce service vise à les soutenir dans une démarche personnelle visant la poursuite des études ou le retour aux études. Un accompagnement personnalisé est offert afin de favoriser l’atteinte de l’objectif scolaire des jeunes décrocheurs, les orienter vers les ressources adaptées à leurs besoins et les aider à déterminer leurs buts et objectifs.

Pour en savoir plus, contactez le Carrefour Jeunesse-emploi de votre secteur.

Autres ressources

Derniers articles suggérés

Nouveaux arrivants : des cours pour apprendre le français gratuitement

par : Alexandre Haslin
Nouveaux arrivants : des cours pour apprendre le français gratuitement
Pour faciliter l’intégration des nouveaux arrivants qui ne parlent pas la langue, un programme de francisation est offert par le ministère de l’Immigration, Francisation et Intégration du Québec.

Aide aux devoirs et tutorat

par : Nancy Therrien, collaboratrice
Aide aux devoirs et tutorat
Trouver des organismes qui offrent de l’aide aux devoirs et du tutorat gratuitement ou à faible coût dans le Grand Montréal.