Les aînés de Laval et le 211

C’est grâce au leadership des autorités de Laval que le 211, incluant son service téléphonique, fera son entrée d’ici les prochains mois. Première municipalité du Grand Montréal à doter ses citoyens de ce service, leur vision avant-gardiste est tout à fait méritoire. Bravo !

Mais pour la petite histoire, l’idée du 211 à Laval revient à la Table régionale de concertation des aînés de Laval (TRCAL). En début d’année 2013, la TRCAL, au nom de ses 66 membres, tous des organismes communautaires œuvrant auprès des personnes aînées, a eu vent de ce service et a commencé les démarches qui mèneront quelques années plus tard à son implantation. Comme le disait Mme Corrine Favier, directrice générale de l’organisme, lors de la conférence de presse de lancement du service 211 à Laval en février dernier « Je me souviens, comme si c’était hier de M. Rollet entrant dans mon bureau en me disant “Mme Favier, connaissez-vous le service 211 à Québec ? ».  Il arrivait là avec une suggestion qui pouvait répondre au besoin exprimé par les aînés à savoir : il y a de l’information partout, mais on ne sait plus à qui s’adresser ! »

 La TRCAL a donc approché le Centre de Référence du Grand Montréal (CRGM). Lors d’une rencontre tenue le 27 février 2013, Mme Pierrette Gagné, directrice générale, est venue expliquer son projet d’implantation du 211 aux organismes invités, à la CRÉ et l’Agence de la Santé, en existence à cette époque, ainsi qu’à la Ville de Laval.

 Selon Mme Favier, « Il est clair qu’il y a une réelle nécessité chez les personnes aînées que soient centralisées les informations à Laval en vue de trouver rapidement une réponse à leurs besoins ». D’ailleurs, plusieurs rapports gouvernementaux et projets de recherche en font foi. « Le service 211 est une réponse concrète de l’importance de trouver rapidement la ressource adéquate, au bon moment. », a-t-elle expliqué.